Actualités

Mythologies Textiles 

Manufacture de Roubaix
Du 06 février au 28 mars 2021
En savoir plus

Elodie Wysocki est artiste plasticienne, diplômée de l’école des Beaux-arts de Nîmes et de l’Université de Lille. A travers sa recherche plastique, l’artiste interroge la notion d’altérité : ce qui est autre, différent, mais aussi sauvage, étrange, voire monstrueux. S’attachant aux “anormalités”, aux frontières, elle développe un répertoire polymorphe en  volumes, entre textile et céramique.

Les figures monstrueuses, les banni-es, les mis-es au ban de la société intéressent particulièrement l’artiste. Et si, pour une fois, on portait un regard différent sur ceux et celles qui sont censés nous faire peur ? N’y a-t-il pas une autre façon de les regarder, de les rencontrer, peut-être de les apprivoiser ? Observer les marges et ses « altérités redoutées », c’est d’abord comprendre les émotions fortes qu’’elles éveillent en nous. C’est ensuite, mesurer les limites de notre humanité. C’est enfin observer en biais la société, tout en donnant voix au singulier.

Les marges sont en effet des espaces intermédiaires, mouvants. Elodie aime imaginer ces espaces habités de créatures qui font souvent se rencontrer la science et l’imaginaire, l’abstrait et le concret.

Cette curiosité pour les « Autres » a amené l’artiste à fouiller d’autres champs de recherche et d’expérimentations touchant à ces notions de marginalisation. De l’anthropologie à l’écologie, en passant par la mythologie et la philosophie, sa recherche s’est aussi attachée aux pensées éco-féministes, lieu de croisement des interrogations de l’artiste.

On croise ainsi dans son travail tout à la fois, les figures velues du Yéti, Judith, quelques harpies et sorcières, Toumaï, La Loba, Darwin, Marie Madeleine ou encore la belle Ladie Godiva.

Exposition proposée dans le cadre du CLEA, dispositif mis en place par les villes de Rubaix et Tourcoing, la DRAC Hauts de France, le Rectorat de l’Académie de Lille et la Direction des Services Départementaux de l’Education Nationale du Nord.


Partie fine

Du 27 janvier au 14 février – Chromosome A, Lille
En savoir plus

Le 14 février est le jour de l’année où de très nombreux oiseaux entrent en copulation. 

Pourquoi ? Cela reste un mystère. Mais rappelons-nous que ce jour tombe pile au milieu des  Lupercales. Et que donc nombre de générations volatiles ont vu hommes et femmes sacrifier de  pauvres boucs puis se courir les uns après les autres, munis de fouets (et probablement nus). Cela a  dû, à force, créer des automatismes. Des habitudes. 

En hommage à tous ces boucs martyrs (et à Valentin devenu saint par décapitation), nous vous  invitons, oiseaux, femmes, hommes et tous les autres, à venir jouir chez Chromosome A, où en tous  cas, à venir dégoter les moyens de.  

Clara Lefevre, Clément Fournier, Elodie Wysocki et Guillaume Rabjeau. 

Chromosome A. 


Postcards from lille

Du 6 février au 31 mars – Crash Gallery à Villeneuve d’Ascq
Inauguration le samedi 6 février de 14h à 17h30

En savoir plus




TRAVAUX – WORKS